ketty steward

 

 

 

Encore
un petit vers,
une goutte.
une larme
rehaussée
de remords
doux amers,
et de doutes :
simple drame.
Vieux cliché.
Une bouteille encore
pour tremper la misère
du pont jusqu’à la soute.
Pour arroser mon âme,
chancelante, ébréchée.
Un mot, je le réclame
d’ivresse à vidanger
pour arborer le port
turbulent de la mer
et ballotter ma route
au gré de mes regrets

 

N.B : Ce texte fait partie du recueil "Je ne sais pas appartenir".